L’année prochaine démarre le chantier d’extension et de réhabilitation du centre hospitalier.

L’année prochaine démarre le chantier d’extension et de réhabilitation du centre hospitalier. Ce projet immobilier tourne autour de plusieurs axes forts, à savoir le reconditionnement de l’accueil et des consultations externes, la pharmacie rénovée à usage interne (qui souffrait de vétusté) au rez-de-chaussée, la reconstruction sur le niveau 1 des services de médecine, un service de 20 lits (18 en médecine gériatrie, plus 2 en soins palliatifs de court séjour) au niveau 2, ainsi que la réorganisation des urgences.

Sur ce dernier point, « l’idée, c’est d’agrandir les urgences sur les consultations externes actuelles (côté jardin de l’hôpital) qui permettrait de gagner une centaine de m², améliorant les conditions d’accueil », précise Jean-Philippe Lemozit, pharmacien et président de la commission médicale d’établissement. « Le projet, souffrant de mobilité, verra son entrée principale côté rond-point des Carmes, se rapprochant des usages actuels. L’entrée rue des Maquisards sera préservée à des fins historiques », ajoute Francis Teulier, directeur de l’hôpital.

Le montant du projet se chiffre à 7,1 millions d’€, avec une aide financière de l’Agence Régionale de Santé (ARS) de 5,1 millions d’€. Côté calendrier, la procédure d’appel d’offres, pour le choix des entreprises intervenantes, est prévue entre le 1er janvier et le 30 avril 2018. La phase de construction serait effective de mai 2018 à fin décembre 2019.

L’établissement s’assure une pérennité pour les 25 ans à venir. « On arrive sur un hôpital public qui se rapproche d’un hôpital de ville. Il y aura une cohérence avec la maison de santé pluridisciplinaire, construite en prolongement, qui devrait voir le jour en janvier 2019 », indique André Mellinger, président du conseil de surveillance de l’hôpital.

Le projet va gagner en attractivité et permettre d’améliorer les conditions d’accueil des patients, et de travail pour les personnels médicaux. Les projections faites tablent sur 48 à 50 lits en médecine et 14 places en ambulatoire, et un taux d’occupation entre 120 et 140 % (somme des journées d’hospitalisation au cours d’une période donnée divisée par le nombre de lits disponibles).

Article la Vie Quercynoise